Caïn ou Raoul ?

 

« Tout le monde, nous dit l’apôtre Paul, n’a pas à faire des miracles, à guérir, à dire des paroles mystérieuses, ou à les interpréter ». Certes, mais tout baptisé confirmé a mission d’annoncer l’Évangile par toute sa vie. Dans son Décret sur l’apostolat des laïcs, le Concile Vatican II enseigne que “l’apostolat des laïcs ne peut jamais manquer à l’Église, car il est une conséquence de leur vocation chrétienne … Notre temps, poursuit le texte, n’exige pas un moindre zèle de la part des laïcs ; les circonstances actuelles réclament d’eux au contraire un apostolat toujours plus intense et plus étendu”.


En cette 60ème journée mondiale des lépreux, comment ne pas évoquer cette grande figure du laïcat que fut Raoul Follereau ? Sa parole était de feu ; son action fut gigantesque. « Le christianisme est universel, criait-il, son message est pour tous les peuples, sa civilisation est semblable au visage de Jésus … Le christianisme, c’est la révolution par la charité ». Bien sûr, nous en sommes tous convaincus ; mais encore nous faut-il en témoigner par des actes et en vérité. « Quand tu apprends, écrit encore celui qu’on a appelé “le vagabond de la charité”, que si tous les affamés, les malheureux, les abandonnés pouvaient défiler tout autour du monde, leur cortège ferait vingt fois le tour de la terre, et que tu n’en es pas épouvanté, Caïn, c’est toi ». Raoul Follereau ne veut pas être Caïn ; il parle, il agit, il en appelle à la conscience des puissants de ce monde, particulièrement en faveur des lépreux. Nul ne parvient à le faire taire ; Au nom de la charité, il se dépense sans compter.


En pleine période des débuts de la guerre froide (1948), ce « simple laïc » a toutes les audaces. et publie un manifeste intitulé “Bombe atomique ou Charité” traduit en 15 langues et distribué à des centaines de milliers d’exemplaires.


« Bombe atomique ou Charité ? interroge-t-il. Chaîne de mort ou chaine d’amour ? Il faut choisir. Et tout de suite. Et pour toujours … La Charité, ce n’est pas de l’argent. C’est un acte d’amour, c’est un don de soi qui vous élève et paie votre effort ou votre renoncement en allégresse. La Charité, lumière de notre vie. La Charité, source de toute joie. La Charité, ordre de Dieu, reflet de son éternité … Tant qu’il y aura sur la terre un innocent qui aura faim, qui aura froid ou qui sera persécuté ; tant qu’il y aura sur la terre une famine évitable ou une prison arbitraire, le grand Message d’Amour du Christ ne sera pas accompli, le Christianisme ne pourra ralentir sa marche, et ni vous ni moi, nous n’aurons le droit de nous taire ni de nous reposer. Bombe atomique ou Charité ? La lutte est engagée. Mais notre victoire est certaine : La Charité sauvera le monde ».


À ma connaissance et selon la terminologie de Saint Paul, Raoul Follereau n’avait ni le don des miracles ni celui de guérison. Il avait, par contre, un cœur de baptisé qui débordait de charité … et en lui la Charité a fait des miracles … et par lui la Charité a opéré bien des guérisons. Si le fléau de la lèpre recule de nos jours, de nouvelles formes de lèpres ne cessent de surgir. Interrogeons-nous : Aujourd’hui encore, si tous les affamés, les malheureux, les abandonnés pouvaient défiler, leur cortège ferait-il moins de vingt fois le tour de la terre ? Alors, serons-nous Caïn ou vivrons-nous avec ardeur notre mission de laïcs chrétiens, ardents à évangéliser le monde par la Charité ?


Père Gilles Morin
Curé