Approche-toi

 

Simon-Pierre tombe aux genoux de Jésus, en disant : « Eloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur ». La scène est impressionnante. Le miracle qui vient d’être accompli par ce rabbi de Nazareth est tel qu’il suscite en Simon-Pierre “un grand effroi” et une réaction de prise de distance. Nous connaissons la réponse de Jésus. Si familière nous est-elle devenue, elle n’en reste pas moins stupéfiante : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras ». C’est équivalemment répondre : « Non, je ne m’éloignerai pas de toi ; au contraire, toi, viens ! approche ! et même, suis-moi !».

 

« Approche-toi ! » Tel est l’appel que nous lance Jésus en la personne de notre Pape François en cette Année sainte. « Approche-toi de la Miséricorde ! Laisse-toi embrasser par la Miséricorde ! Suis-moi, qui que tu sois, quel que soit ton état de pécheur ». La démarche de notre pèlerinage paroissial de ce dimanche exprime notre réponse à cette invitation.

 

« Malheur à moi ! s’écriait le prophète Isaïe il y a des siècles de cela, je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures … ». En franchissant la porte sainte de la basilique Notre-Dame des Victoires, avec un cœur contrit, broyé, dont Dieu ne saurait avoir de mépris, nous pourrons au contraire nous dire : « Heureux sommes-nous, pauvres pécheurs que nous sommes, qui habitons dans un monde déboussolé, égaré et perverti ; Oui, heureux sommes-nous : nous sommes retrouvés … nous rachetés et sauvés par le Christ-Miséricordieux ».

 

Il y a quelques jours, je recevais la visite émouvante d’un jeune de 37 ans. C’était l’un de mes petits du patro, il y a 28 ans de cela. Après mon départ, son parcours fut chaotique. À présent, il se tenait à nouveau en face de moi, non plus comme un enfant pétillant de joie et de vie mais comme un homme broyé, brisé, tant physiquement que psychiquement. Tout en me racontant ses malheurs, il pleurait et pleurait encore en répétant : « Père, je ne vous ai pas oublié ; je n’ai que vous à qui parler » … Et notre rencontre s’acheva par une magnifique confession. Quelle joie de lui donner le pardon de Dieu, d’être l’instrument par lequel le Seigneur déversait en son cœur ses flots de tendresse, de réconfort et de miséricorde !

 

Nous avons toujours Jésus à qui parler ; nous avons toujours Jésus qui, loin de nous dire “Eloigne-toi nous répète inlassablement : « Approche-toi ! ». Nous avons toujours Jésus pour nous pardonner et nous relever. Alors, allons à Lui, courons vers Lui. En Lui est la source de notre bonheur. Quelles que soient nos fragilités, nos médiocrités et nos péchés, heureux serons-nous si nous ne l’oublions pas, si nous savons revenir vers Lui pour nous laisser embrasser et sauver.

 

P. Gilles Morin

Curé