La vie plus forte que la mort

 

Sans nul doute, la vie est plus forte que la mort. « Ô mort, où donc est ta victoire, s’écrie l’apôtre Paul, la mort a été vaincue par la vie ».

 

J’ai en mémoire ces paysages arides d’Afrique. Au terme de plusieurs mois de sécheresse, le soleil torride ayant fait son œuvre, tout ne semble qu’un immense désert. Puis viennent les premières pluies et tout alors reverdit. La vie finit toujours par se frayer un chemin.

 

Que de fois, dans l’histoire, à commencer par celle de notre pays, la mort de Dieu a été prophétisée ! Et pourtant, Dieu est là, toujours là, bien à l’œuvre. Il est le Vivant pour les siècles des siècles.

 

Que de fois encore n’a-t-on pas programmé la mort de l’Eglise et la disparition des chrétiens, depuis les massacres perpétrés par l’empereur Néron et ses successeurs jusqu’à ceux, bien actuels, planifiés par l’Etat Islamique. Mais l’Eglise est toujours là, bien vivante. Nos frères chrétiens, pourchassés et atrocement persécutés, portent jusqu’à nous le témoignage admirable de leur foi. En cette solennité de Pâques, nous ne saurions les oublier.

 

Les églises de France sont vides, entend-t-on répéter. Entrez donc dans ces lieux saints le mercredi des cendres, au premier jour du Carême ; pénétrez dans une église lors des cérémonies du triduum pascal. Que verrez-vous ? Des communautés de fidèles du Christ qui prient et qui chantent avec ferveur les merveilles du Dieu de toute miséricorde. Au cours de la Vigile pascale et au saint jour de Pâques, écoutez retentir leur “Alléluia ! qui s’élève à la gloire du Dieu vainqueur et qui résonne jusqu’aux extrémités de la terre.

 

Les chrétiens sont bel et bien là. En cette année sainte de la Miséricorde, ce sont près de 400 catéchumènes adultes de notre diocèse de Paris qui sont baptisés dans la nuit pascale. Et Dieu est mort,  disent certains ?… et les chrétiens sont en voie d’extinction, affirment d’autres ? Non, malgré les difficultés de ce monde, au-delà d’une Europe s’enfonçant dans la sécularisation, l’Eglise vit et perpétue la Bonne Nouvelle, celle du Dieu Vivant et Aimant. “Christ est ressuscité, alléluia ! Il est vraiment ressuscité, alléluia !

 

Et nous-mêmes ? Peut-être avons-nous connu des jours particulièrement sombres, des jours enténébrés faisant de nos jours des nuits ? Peut-être même avons-nous fait l’expérience sensible de l’absence de Dieu au point de nous écrier : « C’en est fini ; A quoi bon vivre ? Le Seigneur m’a abandonné. Je suis vaincu, je n’en peux plus » ? Mais aujourd’hui, nous sommes là à chanter à pleine voix : « Alleluia ! Christ est ressuscité ! Il était là et je ne le savais pas ; Il était là, sans jamais me lâcher, à continuer à m’aimer ; Il est toujours là, Lui le Dieu vainqueur, le ressuscité et le Vivant à jamais ».

 

Vous tous qui nous côtoyez et nous entendez, comprenez-le : nous ne sommes pas des morts mais des vivants. Nous ne sommes nullement dans l’ignorance mais dans la connaissance. Oui, nous savons que Dieu est toute Miséricorde et nous vous le chantons à pleine voix. Chantez donc avec nous les merveilles de Dieu : « Christ est ressuscité, alléluia ! Il est vraiment ressuscité, alléluia ! »

 

SAINTE ET JOYEUSE FÊTE DE PÂQUES !

 

Père Gilles Morin,

Curé