Sortir de nos enclos

 

« Tu connais les textes sacrés, dit l’apôtre Paul à son fils bien-aimé Timothée : ils ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, celle qui conduit au salut par la foi que nous avons en Jésus-Christ ». Quelle grâce !

 

Aujourd’hui, une multitude d’hommes de toutes races, peuples, langues et nations ne connaissent pas ces textes sacrés et ignorent jusqu’au nom de Jésus-Christ. En cette journée mondiale des missions, nous ne saurions les oublier. Nous ne pouvons nous y résigner ; voilà qui doit nous bousculer.

 

Mais il nous faut aller plus loin dans notre constat et finalement regarder plus proche. Il m’est arrivé plusieurs fois de sortir dans le quartier au cours de cette semaine, à des heures très différentes. Parfois j’avais du mal à faire quelques pas sans croiser telle ou tel d’entre vous ; ce m’est toujours une joie, bien sûr, de vous saluer. D’autres fois, j’allais et revenais sans rencontrer un seul visage connu. C’était pour moi comme un effroi : voilà tant de gens que je ne connais pas et dont la plupart ne franchissent même pas le portail de la paroisse. « Mais, et toi, me disais-je, sors-tu vers eux ? » Si je prenais plus souvent le temps de les interpeller et de leur lancer : « Est-ce que tu connais les textes sacrés ? Sais-tu qu’ils ont le pouvoir de te communiquer la sagesse ? … ». Sans nul doute, notre paroisse est terre de mission. Nous ne pouvons nous y résigner ; voilà qui doit nous bousculer. En ce jour, le pape François nous dit très clairement que “chaque communauté est « adulte » lorsqu’elle professe la foi, qu’elle la célèbre avec joie dans la liturgie, qu’elle vit la charité et annonce sans relâche la Parole de Dieu, sortant de son enclos afin de la porter également dans les « périphéries », surtout à ceux qui n’ont pas encore eu la possibilité de connaître le Christ.

 

En cette journée mondiale des missions, soyons des “Aaron” et des “Hour” soutenant les mains de Moïse durant la bataille contre les Amalécites. Portons dans la prière tous les missionnaires qui annoncent l’Evangile jusqu’aux extrémités du monde.  Mais en cette année de la foi, n’oublions pas que, tous, de par la grâce de notre baptême et de notre Confirmation, nous sommes appelés à sortir de nos enclos pour aller jusqu’aux périphéries (sociales, culturelles etc …) qui sont le plus souvent à quelques pas de notre porte. Oui, il nous faut sortir pour clamer à tous et par tout notre être : « Tu connais les textes sacrés : ils ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, celle qui conduit au salut par la foi que nous avons en Jésus-Christ ».


Père Gilles Morin

Curé