Miséricordine

 

Le mot “curé”− vous le savez sans doute − vient du verbe latin “curare qui signifie “Soigner, guérir, traiter. Un curé a donc pour mission de prendre soin des âmes qui lui sont confiées. À ce titre, je me permets de vous prescrire une bonne dose de “Miséricordine” pour le plus grand bien de vos âmes. Il y a quelques semaines, un prêtre polonais m’en a remis une boite. Je le connaissais déjà, sous un autre nom, et je m’en nourris au quotidien. Il me fait un immense bien.

 

Je prends donc la boite que me remet ce prêtre polonais. Dessus est dessiné un cœur humain, avec cette mention : « 59 grains intracardiaques ». Je m’empare de la notice pour la lire attentivement :

 

1 – Qu’est-ce que “Miséricordine” et dans quels cas est-il utilisé ?

Miséricordine est un médicament spirituel, lequel fait descendre la Miséricorde dans l’âme. Il se manifeste par la paix du cœur, la joie intérieure et le désir de faire le bien. Son efficacité est garantie par les paroles de Jésus.

Le médicament doit être utilisé lorsque :

Nous voulons faire l’expérience de la Miséricorde de Dieu,

Nous voulons la conversion des pécheurs,

Nous avons besoin d’aide devant une décision difficile,

Nous n’avons pas la force de nous battre contre la tentation,

Nous ne pouvons pas pardonner à quelqu’un,

Nous nous soucions de quelqu’un, et nous ne pouvons pas l’aider,

Nous voulons la Miséricorde pour un mourant,

Nous tenons à remercier Dieu et Le louer pour toutes les grâces qu’il accorde

 

2 – Comment prendre “Miséricordine” ?

La posologie conseillée est : une fois par jour. Mais il est possible de prendre le médicament autant de fois qu’on le souhaite dès lors qu’on en ressent le besoin. La posologie est la même pour les adultes et les enfants.

 

3 – Quels sont les effets indésirables éventuels ou contre-indications ?

Il n’existe aucun effet indésirable ni de contre-indication.

Il est possible de prendre ce médicament avec toute autre prière.

Le recours aux sacrements favorise l’effet de ce médicament.

 

Après la lecture de cette notice, je plonge ma main dans la boîte et j’en sors … un magnifique chapelet. Je vous l’avais dit : c’est un médicament que je prends depuis très longtemps au quotidien et qui me fait un immense bien. Vous n’avez peut-être pas la boite ; peu importe.  Je viens de vous livrer le contenu de la notice … et vous avez certainement, vous aussi, un magnifique chapelet. Alors, avec une ferveur particulière en ce mois de mai qui est le mois de Marie, utilisez-le sans retenue. Je ne saurais trop vous le recommander. Vous verrez : il vous fera le plus grand bien. Votre cœur restera tout brûlant tandis qu’en le méditant, le Seigneur vous parlera sur la route et vous fera comprendre les Ecritures.

 

Père Gilles Morin,

Curé