Nous en Lui, et Lui en nous

 

« En ce jour-là, nous dit Jésus dans l’Evangile de ce dimanche, vous reconnaîtrez que vous êtes en moi, et moi en vous ». N’attendons pas un futur qui nous échappe ; posons cet acte de foi dès aujourd’hui … jusqu’au jour de la pleine vision.

 

Le Pape François est actuellement en Terre Sainte. Il l’a dit et répété : son voyage est strictement religieux. Ceux qui ont pu faire ce pèlerinage le savent : Savoir que le Christ est en nous et se rendre en son pays pour être conduit à vivre davantage en Lui est une grâce inouïe. Cinquante ans après l’émouvante rencontre historique de Paul VI avec le Patriarche Athénagoras, notre Saint Père se trouve donc au cœur de Jérusalem pour prier et pleurer avec le Christ, tout près de Lui. Au Calvaire situé dans la basilique du Saint-Sépulcre, en ce lieu où les divisions entre disciples du Christ s’étalent scandaleusement, le Pape François et le Patriarche Bartholomaios de Constantinople, entourés des représentants des Églises chrétiennes de Jérusalem, vont s’agenouiller et supplier l’unique Sauveur et Prince de la Paix de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu qui aujourd’hui encore sont trop souvent dispersés. Cette démarche se veut être comme “une étreinte universelle”. Jésus est en nous ; si nous sommes vraiment en lui, alors nous devons être un seul peuple de frères.

 

Ce dimanche nous appelle aux urnes pour les élections européennes. Comment ne pas nous rappeler les exhortations du saint pape Jean-Paul II dans son exhortation apostolique Ecclesia in Europa ?

 

« La culture européenne, écrivait-il, donne l’impression d’une apostasie silencieuse de la part de l’homme comblé qui vit comme si Dieu n’existait pas. Et le saint pape de poursuivre : « L’Europe a besoin d’un saut qualitatif dans la prise de conscience de son héritage spirituel… L’Eglise répète à l’Europe : Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui le héros qui apporte le salut (So 3,17) » Mais alors, si le Seigneur est en toi, sois en lui, vis pour lui, reste fidèle à ses commandements, aime-le. Surtout, insiste Saint Jean-Paul II,  « ne cède pas au découragement, ne te résigne pas à des modes de penser et de vivre qui n’ont pas d’avenir … Europe qui es au début du troisième millénaire : Retrouve-toi toi-même. Sois toi-même. Découvre tes origines. Avive tes racines … Ne crains pas ! L’Evangile n’est pas contre toi, il est en ta faveur ».

 

Ce dimanche est aussi celui où nous fêtons nos mamans ; c’est la journée nationale de la vie ; c’est aussi pour nous à Notre-Dame de Nazareth le Trophée des Familles. Au cœur de toute société et donc au cœur de l’Europe, il y a la famille. « On devra montrer au moyen d’exemples efficaces, écrivait encore Jean-Paul II, la vérité et la beauté de la famille fondée sur le mariage entendu comme union stable et féconde d’un homme et d’une femme … Et le saint pape de nous lancer à tous : « C’est pourquoi, en toute confiance et affection, je renouvelle mon invitation à toutes les familles chrétiennes qui vivent en Europe : Familles, devenez ce que vous êtes ! Vous êtes une représentation vivante de l’amour de Dieu … Vous êtes le sanctuaire de la vie  … le lieu où la vie, don de  Dieu, peut être convenablement accueillie et protégée contre les nombreuses attaques auxquelles elle est exposée ». Au cœur de nos familles, Dieu est présent ; nos familles sont-elles en Lui, puisent-elles leur amour en Lui ?

 

Ce week-end est également marqué à Notre-Dame de Nazareth par la première communion des enfants de notre paroisse. Jésus va murmurer à chacun dans le fond de son cœur : “Je viens pour ne faire qu’un avec toi, tellement je t’aime. Je suis pleinement et réellement en toi ; tu es en moi. Nous ne sommes plus qu’un”. Quelle merveille ! c’est déjà le Ciel.

 

Père Gilles Morin, curé