Rendez-vous pour toujours

 

J’avais environ 16 ans. Je fredonnais comme tant d’autres cette chanson à succès de Michel Delpech dont j’aimais le rythme et la mélodie. Les paroles ? Je n’y prêtais guère attention, insouciant et peu à même d’en percevoir l’incitation nocive et lascive.

« Pour un flirt avec toi, je ferais n’importe quoi, pour un flirt avec toi. 
Je serais prêt à tout pour un simple rendez-vous pour un flirt avec toi »

Et je chantais à pleine voix le refrain :
« Pour un petit tour, un petit jour entre tes bras … »

Et de continuer : « Je pourrais tout quitter quitte à faire démodé pour un flirt avec toi … ». Encore une fois, c’était en 1971 ; j’avais 16 ans.  Deux ans plus tard, le désir de me consacrer totalement à Dieu embrasait mon cœur, non pour un simple flirt mais pour le grand Amour de toute ma vie. S’en fut fini pour moi de fredonner cette chanson.

 

Quant à Michel Delpech, il suivait son chemin de gloire qui devait le conduire au bord de l’abîme. Lui-même en témoigne : « J’étais jeune, j’avais du succès, la vie me souriait, lorsqu’une profonde dépression m’a mis à terre. Durant cette plongée dans les ténèbres, j’ai connu le chaos … » Pourquoi ? Pour avoir avancé dans la vie en  “flirtant”, … un jour … puis un autre jour.

Vint enfin la rencontre ; une rencontre pour toujours :

« Un jour, raconte-t-il, – il a alors 39 ans –,  je visite le Saint-Sépulcre, à Jérusalem, avec ma femme, et là, soudain, devant le tombeau, je m’agenouille et … je suis devenu chrétien. D’un coup, Jésus est entré dans ma vie, dans mon cœur, pour toujours ». Il précise : Alors que mes genoux fléchissent et que mes mains effleurent cette pierre, je suis bientôt submergé par une immense paix, un ineffable amour : je rencontre le Christ. Je n’ai pas l’impression de le découvrir ; il s’agit de retrouvailles, paisibles. C’est comme si nous nous connaissions déjà, mais que je l’avais oublié, mis de côté. Lui est là, depuis toujours, sans amertume ».

 

Vous le savez sans doute, Michel Delpech est décédé le 2 janvier. Ses obsèques ont été célébrées ce vendredi en l’église Saint Sulpice. Puisse son message et sa voix résonner en nous à l’occasion de la solennité du baptême du Christ. Il ne nous chante plus : « Pour un flirt » mais « pour vivre avec Toi, je ferais n’importe quoi … Je serais prêt à tout … Je pourrais tout quitter … pour être éternellement entre tes bras ». Avec Jésus, on ne flirte pas, on s’engage pour la vie … pour vivre de son amour et de Sa Vie.

 

Nous sommes baptisés ; à nous de nous engager toujours plus avant avec le Christ sur le chemin du don de notre vie ; don dans le sacrement du mariage ou dans la Vie Consacrée. Dans l’un et l’autre cas, il n’est nullement question de flirter pour un temps mais bien de se donner pour tout le temps … jusqu’à l’éternité bienheureuse avec Jésus qui, Lui, nous aime de toujours à toujours.

 

P. Gilles Morin

Curé