La 4ème rose : l’Amen

Nous le savons : le mystère de la Sainte-Trinité est au cœur de notre foi. C’est vraiment un mystère qui nous dépasse. Pour nous, chrétiens, il est fondamental. Dieu n’est pas solitude ; il est Trinité, Père, Fils et Esprit-Saint. En son sein circule éternellement un amour infini dont nous ne pouvons que pressentir la mesure. Dieu est Amour ; nous sommes créés à son image et à sa ressemblance. Tout notre être est donc éminemment trinitaire. Nous avons vocation au don, nous sommes faits pour vivre en communion.

 

Mardi soir, nous avions à la paroisse la messe célébrée aux intentions de nos cuisinières et cuisiniers, c’est-à-dire les personnes qui, au cours de l’année, ont la délicatesse et la générosité de préparer le repas du dimanche pour notre communauté. Au terme de la célébration, nous nous sommes retrouvés autour d’un verre de l’amitié. A tous, nous avons offert une rose en signe de gratitude. J’ai pris plaisir à taquiner l’une de nos paroissiennes qui repartait … trois roses en main. « Voilà un bouquet trinitaire, lui dis-je. Une rose pour le Père, une pour le Fils et une pour le Saint-Esprit ». Peu après, un papa voit venir vers lui sa petite Philippine … quatre roses en main. Il lui fait remarquer en riant que son bouquet à elle n’est pas trinitaire. Et sa petite de lui répondre : « La 1ère c’est pour le Père ; la 2ème c’est pour le Fils, la 3ème c’est pour le Saint-Esprit ; la 4ème, c’est mon “Amen !” ».

 

Ce week-end, des jeunes de notre paroisse font leur profession de foi solennelle. Providentiellement, c’est dans le cadre de la fête de la Sainte-Trinité qu’ils vont reprendre à leur compte les promesses de leur baptême et affirmer avec ferveur : « Je crois au Père, au Fils et au Saint-Esprit ». Tout leur être clamera l’Amen brulant et retentissant de leur cœur. Ils seront tout de blanc vêtus. Ils seront resplendissants et odorants … comme de belles fleurs … comme autant de belles roses. Que leur démarche ravive notre foi ; qu’elle donne plus de force et de vérité à notre Amen !

 

La bienheureuse Elisabeth de la Trinité écrivait : « Oui, Amen, ainsi soit-il, qu’il n’en soit pas autrement…Oui, Amen, ô mon Dieu, Trinité que j’adore ! … Amen, Amen, c’est l’acquiescement total dans l’oblation et consécration plénières de soi –même ; c’est la vraie, la seule adoration qui soit, dans l’Esprit, dans la Vérité ; livraison absolue au Père, au Fils, à l’Esprit-Saint ». Et elle ajoutait : « Tais-toi, ô mon âme, dans le silence qui adore et ne peut dire que : Amen, en Jésus-Christ, à la gloire du Père, par l’Esprit d’Amour… Amen, Amen, Amen…ô mon Dieu Trinité que j’adore !… »

 

Alors, entrons-nous un peu plus dans le silence de l’adoration afin de répéter, avec tous ces jeunes qui font leur profession de foi : « Amen !». Notre paroisse sera alors comme un magnifique parterre de roses. Et c’est tellement beau les roses.

 

Père Gilles Morin

Curé