« Je me suis laissé séduire »

 

C’était tout un groupe de jeunes adolescents qui, début août, s’égayaient devant moi sur la plage du Val André dans ma chère Bretagne. Filles et garçons rivalisaient de séduction, les uns bombant le torse pour mettre en valeur leurs pectoraux, les autres −ô combien jolies ! − se déhanchant à qui mieux-mieux pour attirer les regards déjà affutés de leurs virils compagnons. J’étais proche ; j’entendais leurs conversations lascives visant à séduire. La veille, les actualités télévisées n’avaient-elles pas rappelé que la période estivale est celle des premiers émois amoureux … « des premiers amours », comme on se plait  à dire. Ce pluriel, à lui seul, en dit long sur les déviances et affadissements du sens de ce magnifique verbe ” Aimer ” : « d’abord le contact de deux épidermes » affirmait déjà Voltaire dans son dictionnaire philosophique . Bref, avant d’aller me plonger dans la mer, j’étais immergé dans un climat malsain de séduction. Filles et garçons cherchaient à séduire et se laissaient séduire. Aucun, cependant, n’aurait été prêt à tout quitter et à renoncer à lui-même pour celui ou celle  qui faisait à cet instant palpiter son cœur.

 

Pourtant, qu’il est beau cet aveu du prophète Jérémie que nous livre  la liturgie de ce dimanche ! « Tu m’as séduit et je me suis laissé séduire ». Attention ! Il s’agit maintenant de Dieu … du Dieu de tout amour … du Dieu qui EST Amour … du Dieu qui nous as aimés à l’infini en Jésus son Fils, jusqu’à la mort et la mort sur la Croix. Nous sentons bien que nous sommes là sur un autre registre. Il est curieux et humiliant de constater que nous sommes captivés par les médiocrités et futilités de ce monde, capables de nous laisser séduire par des mièvreries, … et dans le même temps capables de rester imperméables à la séduction par excellence : celle de Dieu. Que de résistances en notre cœur ! Fous que nous sommes de ne pas répondre à l’Amour par l’amour !

 

Samedi prochain, Damien, Edmond, Olivier, Crispin et Obed feront leurs premiers vœux de chasteté, pauvreté et obéissance dans notre Congrégation des Religieux de Saint Vincent-de-Paul. Ce sera leur donation, leur consécration totale à Celui qui est l’Amour de leur vie. Chacun d’eux a sa propre histoire, son itinéraire particulier, son terreau familial, sa nationalité etc … Tous pourtant, sans exception, ont été saisis. Quelles que soient les résistances qu’ils ont pu opposer, ils ont été vaincus par l’Amour. Ils avouent devant le Seigneur : « Tu m’as maîtrisé, tu as été le plus fort »(Jr 20,7). Il s’avanceront donc devant l’autel de Dieu en chantant au plus intime de leur cœur : « Ton amour vaut mieux que la vie : tu seras la louange de mes lèvres ! Toute ma vie je vais te bénir … comme par un festin je serai rassasié : la joie sur les lèvres, je dirai ta louange … Mon âme s’attache à toi … » (Ps 62). Répondant à l’exhortation de l’apôtre Paul, ils offriront leur personne et leur vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : ce sera pour eux l’adoration véritable.

 

Encore une fois, nous sommes là dans un autre registre : rien à voir avec la séduction des plages ni les premiers émois d’un chatouillis du cœur. Il s’agit bel et bien d’Amour … du véritable Amour qui seul peut combler une âme dans toute sa profondeur. C’est un beau rappel pour nous tous. C’est comme un cri qui nous est lancé : « Laissez-vous séduire et saisir par le Christ … “Ne vous modelez pas sur le monde présent mais transformez-vous… Ne courez pas après ce qui est éphémère ; ne misez pas sur l’inconsistant. Nous vous le redisons : Laissez-vous séduire par le Christ. Il vous cherche ; qu’il vous trouve toujours le cœur grand ouvert à son appel ».

 

Père Gilles Morin,

Curé